TPE : Détournement d’oeuvres d’art

Cet atelier est le fruit d’échanges avec des animateurs socioculturels de l’espace jeune / club junior de Guérande. Comment parler d’œuvres d’art, de peintures, de peintres avec des jeunes et enfants ? Comment inviter les enfants à découvrir des sites Internet sur lesquels nous pouvons voir des œuvres d’art, aller « virtuellement » dans différents musés tout autour du monde ?

En effet, visiter des musées, participer à une exposition de peinture peut se faire… sous condition que les parents soient déjà sensibles à l’art et disposent d’une certaine ouverture culturelle.

Nous pouvons en tant que médiateurs amener les enfants (tout comme les parents) à visiter un musée, participer à une exposition en donnant envie de découvrir des œuvres d’art. Le médiateur numérique en effet, lui, permettra aux publics qu’il rencontre à visiter des musées du monde entier, à voir des œuvres d’art qui iront du street-art au peintures et sculptures exposées au Louvre.

Aussi, si il n’y a rien de plus rébarbatif que la visite d’un musée ou l’observation d’une peinture pour la  plupart du jeune public, nous pouvons nous poser la question de comment sensibiliser les enfants à l’art ? C’est en ceci que cette activité donne une piste mais par la solution vu que les enfants choisiront les peintures en navigant sur le site Google Art Project ou en allant voir les peintures mises à disposition sur le site du National Gallery of Art et qu’ils pourront ensuite détourner l’œuvre avec leurs imaginations.


 Fiche projet

Publics visés : Enfants de CE2 / CM1 / CM2

Durée : 2 X 1 heure voir plus selon la méthodologie mise en oeuvre.

Lieu de l’activité : Salle multimédia

Matériel nécessaire :

  • Ordinateurs,
  • Logiciel de retouche photos (GIMP par exemple avec sa version portable installée sur des clefs USB),
  • Images d’œuvres d’arts et des images de personnages de fiction si vous n’avez pas Internet dans la salle,

Moyens financiers :

  • Aucun, prévoir uniquement le nombre de clefs usb nécessaires (une par postes et participants),

Objectifs pédagogiques :

  • Utilisation d’un ordinateur,
  • Utilisation d’Internet (ou prévoir des images d’œuvres d’arts et des images de personnages de fiction),
  • Découverte d’œuvres d’arts,
  • Utilisation d’un logiciel de retouches photos,

Scénario

L’activité peut être menée en 1 heure…

1/ Présenter l’activité (avoir un exemple imprimé d’un détournement réalisé),

2/ Demander aux enfants d’aller sur Internet et de rechercher Google Art Project (utiliser le moteur de recherche Qwant junior),

3/ Demander aux enfants de choisir l’œuvre qu’ils souhaiteraient détourner (les laisser naviguer le temps qu’il faut),

4/ Les enfants écrivent sur un papier libre (le nom de l’œuvre et du peintre),

5/ Les enfants font alors une recherche (Qwant junior ou Google images) de la peinture qu’ils avaient repéré et utilisent les outils de recherche permettant d’avoir l’image la plus grande qu’ils puissent obtenir,

6/ Les enfants enregistrent sur l’ordinateur l’œuvre,

7/ Demander aux enfants de rechercher avec Google images ou Qwant junior images d’un personnage de fiction (personnage de dessin animé, de bd, de film) qu’ils pourront insérer dans l’œuvre choisie.

Attention ! Sauf si vous souhaitez faire 3 X 1 heure sur cette activité, demandez aux enfants de choisir les personnages qui seront simples à détourer (sur un fond de couleur uni).

8/ Demander aux enfants d’ouvrir le logiciel GIMP et ensuite d’ouvrir l’œuvre choisie et enfin d’ouvrir en tant que calque le personnage de fiction,

9/ Expliquer aux enfants comment détourer le personnage de fiction selon le type d’image qu’ils ont choisie,

10/ Exporter la création afin de l’imprimer ou bien la présenter sur un site Internet.

Remarque : Si vous ne disposez de connexion Internet, vous pouvez proposer des œuvres d’arts et des personnages de fiction enregistrées pour l’occasion. Cette méthode aura l’avantage de réduire le temps de certaines opérations. Celle-ci peut aussi constituer un premier atelier centré sur l’utilisation de GIMP sur des usages simples (manipulation des calques, outils de sélection si vos personnages de fictions ne sont pas détourés).


Pour finir :

Vous pouvez adapter ce scénario en prévoyant une ligne à la fin de celui-ci vous permettant d’y inclure vos remarques. Ceci vous permettra alors de remanier le déroulé de l’atelier.

TPE : Détournement d’oeuvres d’art

TPE : Pixels Art et Gif animés

Réaliser des dessins en Pixels Arts c’est sympa, réaliser un gif animé à partir de plusieurs créations en Pixels Art cela demande une cinématique particulière et permet d’aborder la création graphique avec des notions de calques, des outils présent dans un logiciel de création graphique et l’enregistrement d’un document dans un format (ici le gif).


Fiche projet

Publics visés : Enfants de CM1/CM2

Durée : 1 à 2 fois 1 heure d’activité selon la vitesse du groupe et la cinématique souhaitée.

Lieu de l’activité : Salle informatique de l’école

Matériel nécessaire :

  • Ordinateurs,
  • Exemples de Pixels Art au format papier,
  • Logiciel Gimp (sur PC ou version portable),

Moyens financiers :

  • Aucun,

Objectifs pédagogiques :

  • Utilisation d’un ordinateur,
  • Utilisation du logiciel GIMP,
  • Découvrir la notion du Pixel,
  • Découvrir la notion du Gif animé,

 

Scénario

L’activité peut être menée en 1 heure…

1/ Présentation aux enfants de l’activité (avoir un exemple à présenter d’un gif animé réalisé par vos soins),

2/ Ouvrir le logiciel GIMP et réaliser les manipulations suivantes…

  • Créer une image fond d’arrière plan blanc,
  • Afficher la grille (Affichage > Grille),
  • Configurer la taille de la grille (Image > Configurer la grille) et dans la fenêtre indiquer 1 en largeur et 1 en hauteur,

configurer la grille

  • Afficher l’image à 1600% (Affichage > Zoom > 16:1 (1600%)
  • Choisir l’outil crayon et définir la taille du crayon à 1 comme ci-dessous

taille-crayon.png

3/ A partir des exemples mis à disposition des enfants, ceux-ci vont réaliser le personnage choisit,

4/ Dupliquer le calque (clic droit sur le calque et choisir Dupliquer le calque),

dupliquer-calque.png

5/ Déplacer le calque (choisir l’outil déplacement dans la palette des outils),

6/ Répéter l’opération autant de fois que désiré…

7/ Exporter la création au format gif (Fichier > Export As)… bien spécifier As animation et augmenter le délais d’affichage de chacun des calques (300 millisecondes au moins).

export-gif.png

9/ Regarder le gif et comparer les différentes réalisations des enfants.

Remarque : Les enfants pourront s’ils en ont le temps faire plusieurs créations ou multiplier les calques selon leurs désirs… il faut sollicité leurs imaginaires même si des contraintes techniques peuvent aller à l’encontre de leurs souhaits.


 

Pour finir :

Vous pouvez adapter ce scénario en prévoyant une ligne à la fin de celui-ci vous permettant d’y inclure vos remarques. Ceci vous permettra alors de remanier le déroulé de l’atelier.


 

TPE : Pixels Art et Gif animés

TPE : Lightpainting

Le lightpainting est une activité plutôt fun à mener avec des personnes de tous âges… de 6 à… ans. Si la pratique du lightpainting s’est démocratisée c’est surtout à cause des appareils photos numérique qui permettent tout comme la photo en général de faire des essais de prise de vue, jeter ce qui n’est pas à notre goût et conserver ce que nous souhaitons partager.

Depuis plusieurs années nous mettons en place des ateliers lightpainting au sein de l’EPN guérandais que ce soit avec un public d’enfants, d’adolescents et parfois aussi d’adultes. Les résultats sont parfois étonnants et les participants une fois qu’ils comprennent le principe peuvent s’exprimer face à l’appareil photo avec les sources lumineuses mises à disposition.


 

Fiche projet

Publics visés : Enfants du CP au CM2

Durée : 1 fois 1 heure d’activité mais peut aussi se décomposer sur plusieurs activités avec des challenges mis en place lors de chacun des ateliers.

Lieu de l’activité : Salle noir (c’est très important ! )

Matériel nécessaire :

  • Appareil photo réflex,
  • Lampes torches (compter 4 à 10 lampes),
  • Ordinateur portable pour visionner le résultat,

Moyens financiers :

  • Appareil photo réflex,
  • Lampes torches,
  • Piles.

Objectifs pédagogiques :

  • Utilisation d’un appareil photo,
  • Déplacement dans l’espace,
  • Maîtriser son corps et ses mouvements,
  • Découvrir une activité artistique.

 

Scénario

L’activité peut être menée en 1 heure… (ou plus)

1/ Présentation aux enfants de l’activité (avoir un exemple à présenter au format papier de préférence… une photo est suffisante),

2/ Proposer aux enfants de faire une forme simple (rond / carré) les uns après les autres,

3 / Demander aux enfants de faire une création collective (4 à 10 enfants font tous une forme identique ou différente),

4/ Demander aux enfants de faire une forme plus compliquée (une lettre en capitale semble accessible) les uns après les autres,

5/ Seconde création collective… chaque enfants écrivent des lettres pour dessiner un mot (nom de l’école, laisser les imaginer le mot qu’ils souhaitent dessiner),


 

Pour finir :

Vous pouvez adapter ce scénario en prévoyant une ligne à la fin de celui-ci vous permettant d’y inclure vos remarques. Ceci vous permettra alors de remanier le déroulé de l’atelier.

TPE : Lightpainting

TPE : Créer une histoire avec Scratch et ses copains

 

Scratch est sans aucun doutes l’outil le plus adapté aux activités liées au code que nous pouvons mener lors d’activités TPE. C’est surtout du fait des possibilités qui sont presque illimitées et cet outil est autant disponible sur Internet qu’en version logiciel à installer sur les ordinateurs voir aussi la possibilité d’utiliser la version portable.

Avantages des différentes versions…

En ligne :

  • Les enfants pourront poursuivre leurs créations si nous les invitons à créer un compte sur le site Internet Scratch (https://scratch.mit.edu/) mais ceci nécessite une d’adresse mail ;- (,
  • Possibilité de prendre une création et de l’adapter, l’améliorer…

Version logiciel installé :

  • A télécharger ici : https://scratch.mit.edu/scratch2download/
  • Vous avez les mêmes possibilités que la version en ligne et vous pourrez partager les créations réalisées par la suite,
  • Ne nécessite pas de connexion Internet (ça c’est vraiment intéressant),
  • Installable sur PC Windows, Linux et aussi sur Mac,

Version portable :

Quelques liens utiles :


 

Fiche projet

Publics visés : Enfants du CE2 au CM2

Durée : 1 fois 1 heure d’activité mais peut aussi se décomposer sur plusieurs activités.

Lieu de l’activité : Salle informatique

Matériel nécessaire :

  • ordinateur,
  • Logiciel scratch 2 et/ou scratch portable,

Moyens financiers :

  • Clef USB pour scratch portable,

Objectifs pédagogiques :

  • Utilisation d’un ordinateur,
  • Développer la logique,
  • Avoir une approche de la programmation,

Remarque : Si vous utilisez Scratch 2 prévoir un temps lié au mise à jour de l’outil qui sont régulières.


 

Scénario

1/ Présentation aux enfants de l’activité (avoir un exemple à présenter au format papier de préférence…),

2/ Temps de présentation de scratch… et présenter les fonctions principales pour créer une histoire,

  • Évènement, « quand drapeau cliqué »

scratch-qd-cliqué

  • Apparence, « dire ‘Hello !’ pendant ‘2’ secondes »,

scratch-hello

  • Choisir un seconde lutin pour qu’il réponde à scratch… dans la zone ou apparaît le lutin, cliquez sur cette icône… scratch-lutin et laissez les enfants choisir un second personnage,
  • Les enfants doivent cliquer sur le second personnage pour que les enfants ajoutent différents scripts…
    • script 1 : quand drapeau cliqué
    • script 2 : dans contrôle choisir « attendre ‘2’ secondes » pour répondre à scratch une fois que scratch à terminé de dire Hello !
    • script 3 : ajouter le script « dire ‘Hello !’ pendant ‘2’secondes »
    • Ensuite les enfants pourront poursuivre les dialogues entre les deux personnages.

3/ Les enfants n’utilisent que les scripts présentés pour qu’ils comprennent bien le principe de ceux-ci.

Exemple pour les enfants… ils pourront réaliser un dialogue comme celui ci-dessous.

Script de scratch :

scratch-script-scratch

Script second lutin :

scratch-script-ours.png

4/ Nous ajoutons quelques scripts… tels que :

  • Mouvement, « avancer de ’10′ » ou « avancer de ‘-10 » c.a.d reculer,
  • Apparence « cacher » et « montrer »… ceci peut permettre par exemple d’ajouter un lutin (le ballon) qui sera caché tant que l’ours n’a pas dit « Nous pouvons jouer au ballon »,
  • Contrôle, « répéter ’10 fois' »,
  • Mouvement « glisser en ‘1’ seconde à ‘x »y' » (la notion de coordonnés x et y ne sont pas connues par les enfants… ils peuvent cependant s’appuyer sur celles écrites sur l’écran au déplacement de la souris sur l’écran présentant les personnages.

scratch-xety.png

  • Mouvement, « aller à ‘x’ ‘y' » pour positionner le ballon (par exemple à un endroit précis au début de l’histoire),

5/ Voilà ce que pourrait alors être les premiers scripts des enfants… De préférence donner aux enfants cette consigne et ces scripts qu’ils devront reproduire sur leurs ordinateurs.

Script de scratch :

scratch-script-scratch2.png

Script de l’ours :

scratch-script-ours2

Script du ballon :

scratch-script-ballon.png

6/ Les enfants sont maintenant libre de créer leur histoire avec les lutins qu’ils souhaitent prendre dans la galerie des lutins. Interdire l’ajout de 20 lutins (ce qu’ils vont hélas probablement faire) et privilégier les scripts sur les différents lutins.

7/ Les enfants votent si le temps le permet sur la meilleure histoire créée.


 

Pour finir :

Prévoir plus de temps (2X1 heure) semble plus opportun. Les enfants ne veulent pas commencer leurs histoires avec Scratch (Le chat) et souhaitent aussi mettre un fond d’écran.

Vous pouvez adapter ce scénario en prévoyant une ligne à la fin de celui-ci vous permettant d’y inclure vos remarques. Ceci vous permettra alors de remanier le déroulé de l’atelier.

TPE : Créer une histoire avec Scratch et ses copains

Collèges : Intervention prévention

Il n’est pas rare que les collèges demandent une intervention avec une commande spécifique du type « J’aurais besoin d’une intervention sur les dangers d’Internet ». Tous les médiateurs numériques cherchent alors à répondre à la demande en proposant une porte d’entrée qui est plus en phase avec nos valeurs et convictions.

Je vous propose ici un scénario qui n’est certes pas parfait mais pourrait vous faire gagner du temps quand vous avez une commande institutionnelle d’un chef d’établissement, d’un enseignant ou d’une infirmière.


 

Fiche projet

Publics visés : Collégiens (6ème, 5ème…)

Durée : 45 minutes à 1 heure

Lieu de l’activité : Salle de classe, Salle de conférence….

Matériel nécessaire :

  • Ordinateur,
  • Connexion Internet,
  • Vidéo projecteur,
  • Clefs USB,

Moyens financiers :

  • Prévoir l’achat d’une clef USB,
  • Impression de document avec des ressources pour les élèves,

Objectifs pédagogiques :

  • Échanger sur les usages,
  • Discuter sur ce que l’on aime et l’on n’aime pas dans les réseaux,

 

Scénario

1/ Présentation aux élèves de l’activité, présentation de l’espace public numérique dans lequel vous travaillez,

2/ Place aux échanges avec les élèves,

  • Combien d’écrans avez vous à la maison (sous entendu tous types d’écrans) ?
  • Combien de temps passez-vous tous les jours devant les écrans (hors week-end) ?
  • Quels sont les outils que vous utilisez le plus ? (ordinateur, smartphone, tablette…)
  • Que faîtes-vous le plus avec vos outils ? (jouer, échanger…)
  • Avez-vous un ou plusieurs contes sur les réseaux ? (Facebook, snapchat, whatsapp, Instagramm, Twitter…)

3/ A propos de vos comptes et la sécurité de ceux-ci, faîtes-vous attention à :

  • Vous déconnecter (si utilisation d’un ordinateur ou d’une tablette partagé à la maison),
  • Ne pas transmettre votre mot de passe (à un ami, à un membre de votre famille…),
  • Créer un mot de passe suffisamment compliqué (exemple de site permettant de tester son mot de passe… https://howsecureismypassword.net/
  • Définir les paramètres de sécurité (qui peut accéder aux informations que je publie),

4/ Qu’aimez-vous dans les réseaux ?

5/ Qu’est ce qui vous dérange dans les réseaux ?

Exemples pour lancer la discutions si ceci ne vient pas :

  • J’aime pas me faire solliciter par mes contacts pour jouer à tel ou tel jeux,
  • J’aime pas voir des photos de moi mises sans mon consentement, (permet d’aborder le droit à l’image)
  • Je n’arrive pas à suivre les informations dans mon fil d’actualité,

6/ L’animateur pour introduire le sujet des fausses rumeurs circulant sur les réseaux, peut indiquer qu’il n’aime pas devoir vérifier les informations vues sur les réseaux…

Exemples :

Le dernier lien vers les poules constipées permet de montrer que toutes personne peut créer un canular à partir du site http://www.actualite.co/. Il suffit d’être imaginatif et de suivre les conseils donnés.

Demander aux élèves s’ils ont d’autres exemples de fausses rumeurs.

7/ Pour mettre un peu d’humour dans cette présentation des canulars, diffuser la vidéo présente sur le site http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule.

Remarque : Pensez à enregistrer la vidéo sur une clef USB en cas de connexion Internet saturée ou l’impossibilité d’accéder à celle-ci directement

8/ Comment vérifier les informations vues sur les réseaux en cas de doute sur la véracité de celles-ci… Leur montrer différents sites Internet et proposer aux élèves de transmettre l’information à leurs parents qui peuvent aussi tomber dans le piège d’une rumeur circulant dans leurs mails.

 


 

Pour finir :

Vous n’aurez probablement pas le temps de voir toutes ces notions en profondeur avec les élèves mais vous pouvez surtout les sensibiliser à l’utilisation des réseaux. Vous pouvez transmettre une feuille avec les liens utiles (vérifier les informations, maîtriser sa e-réputation avec le site https://www.nothing-to-hide.fr/ pour vérifier son compte Facebook…).

Vous pouvez adapter ce scénario en prévoyant une ligne à la fin de celui-ci vous permettant d’y inclure vos remarques. Ceci vous permettra alors de remanier le déroulé de l’atelier.

Collèges : Intervention prévention